L’innocente, par Émile Blémont

Joshua Reynolds -The Age of Innocence
Joshua Reynolds -The Age of Innocence – Tate N00307, via Wikimedia Commons

Voici un court poème de Chansons des champs, la deuxième partie du recueil Les pommiers en fleur : idylles de France et de Normandie d’Émile Blémont.

XXX
L’INNOCENTE

J’aime, plus que toute chose,
Son frais visage enfantin,
Chiffonné comme une rose
Qui s’ouvre à l’air du matin.

Plus que toute chose, j’aime
Son petit cœur ingénu,
Qui babille et rit, de même
Qu’un enfant Jésus tout nu.

Source du poème : Émile Blémont, Les pommiers en fleur : idylles de France et de Normandie, Charpentier, Paris (1891), sur Gallica (disponible en PDF).

Précédemment publié sur Agapeta, 2016/01/26.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.