Petite morte, par Gérard d’Houville (Marie de Heredia)

Photographie post-mortem de l'époque Victorienne
Photographie post-mortem de l’époque Victorienne – Ebay

Marie Louise Antoinette de Heredia, la deuxième des trois filles de l’homme de lettres d’origine cubaine José-Maria de Heredia, naquit le 20 décembre 1875 à Paris. Elle épousa Henri de Régnier, puis devient la maîtresse de Pierre Louÿs, tous deux poètes et romanciers. Sous le nom de plume Gérard d’Houville, elle est l’auteure de romans et de poésies. Elle mourut le 6 février 1963 à Suresnes. Elle est enterrée au cimetière du Père-Lachaise. CONTINUE READING / CONTINUER LA LECTURE…

Lettre de Minou Drouet à sa mère

Roger Hauert - Minou Drouet
Roger Hauert – Minou Drouet – dans Poèmes (1956)

Quand René Julliard fit paraître en septembre 1955 une plaquette hors commerce comprenant une sélection de poèmes et de lettres de Minou Drouet, une virulente polémique agita la presse pendant plusieurs mois, principalement sur leur authenticité ; nombreux affirmèrent qu’une enfant de 8 ans ne pouvait pas écrire avec autant de brio et d’intelligence. Plusieurs journaux (dont Elle) affirmèrent qu’il s’agissait d’une imposture, que sa mère (adoptive) était le réel auteur de ces textes. Cette controverse, en particulier ces accusations, heurtèrent profondément Minou. CONTINUE READING / CONTINUER LA LECTURE…

Navarana et Peter Freuchen

Navarana and Peter Freuchen in Thule
Navarana et Peter Freuchen à Thule (1916-1917) – Photo : Arktisk Institut

Le grand amour de Peter Freuchen fut sa première épouse, Navarana, une Inuit du Nord-Groenland. Quand il la rencontra, elle était encore pratiquement une enfant ; dans son livre de 1935, Arctic Adventure: My Life in the Frozen North, et celui édité en 1961 par sa veuve Dagmar, Peter Freuchen’s Book of the Eskimos, il la décrit comme une « petite fille ». Elle s’appelait alors Mequpaluk. Elle et sa mère avaient failli succomber à la faim suite à la mort de son père. Sa mère s’était remariée, mais son beau-père la négligeait. Elle était toujours habillée de vieux vêtements élimés, parfois faits d’assemblages de peaux de chien ; en cela son beau-père appliquait l’adage nord-groenlandais qui veut qu’une jeune femme soit habillée par son mari, et non par son père. Un jour un homme mauvais la viola, et au lieu de la plaindre, son beau-père ironisa sur son agresseur qui devait être bien bête pour s’en prendre à une fille pas encore faite, alors qu’il avait une excellente femme à la maison. CONTINUE READING / CONTINUER LA LECTURE…

L’amour nouveau

William-Adolphe Bouguereau - Petite fille au bouquet
William-Adolphe Bouguereau – Petite fille au bouquet (1896) – The Athenaeum

L’amour se boit comme le vin. Il charme nos lèvres, puis notre langue, il nous enivre. L’amour nouveau est arrivé, frais et fruité, il fait les délices de nos journées d’hiver, de nos longues nuits noires. Buvons, buvons l’amour, sans modération. CONTINUE READING / CONTINUER LA LECTURE…

Lettres de Minou Drouet à Lucette Descaves

William-Adolphe Bouguereau - Fardeau Agréable
William-Adolphe Bouguereau – Fardeau Agréable (1895) -The Athenaeum

Vous voulez bien fermer un petit peu vos si jolis rayons de miel sur mes fautes et me laisser vous embrasser parce que je vous aime bien et que votre figure sent mon jardin le matin, et j’embrasse la dame au col blanc.
— Minou Drouet, Lettre à Lucette Descaves, Arbre, mon ami, p. 73

Dans sa petite enfance, Minou Drouet s’ouvrit au monde grâce à la musique, qui devint sa grande passion. Aussi ses premiers sentiments de type amoureux s’adressèrent à Lucette Descaves, son professeur de piano, qu’elle appelait « mon Amour » et à qui elle écrivit de belles lettres emplies de tendresse. J’ai déjà reproduit dans un précédent article certaines d’entre elles, qui illustraient son univers fait de musique et d’odeurs. Ici je présente des extraits de plusieurs autres lettres, exprimant toute la puissance de la passion qui animait cette petite fille de huit ans. Pleines de poésie, elles font appel à des images frappantes, et certaines contiennent des vers. CONTINUE READING / CONTINUER LA LECTURE…

À la lune, par Antonine Coullet

Jean Delville – Paysage au clair de lune (1887–90) – Art Renewal Center

La poétesse et romancière française Antonine Coullet-Tessier, née à La Roche-sur-Yon le 10 janvier 1892 et morte à Caen le 28 avril 1983, connut un certain succès comme enfant poète, publiant à onze ans son premier recueil, Poésies d’une enfant (Lemerre, 1903, 71 pages). En 1904, elle fit paraître plusieurs poèmes dans la livraison du 15 juillet de la Revue des Deux Mondes, qui les présenta en ces termes : CONTINUE READING / CONTINUER LA LECTURE…

Tous les bateaux, tous les oiseaux, par Michel Polnareff

Michel Polnareff - Tous les bateaux, tous les oiseaux
Michel Polnareff – Tous les bateaux, tous les oiseaux (1969) – pochette de 45 tours

Michel Polnareff est un auteur-compositeur-interprète et pianiste français, né le 3 juillet 1944 à Nérac (Lot-et-Garonne). Il connut un large succès dans la deuxième moitié des années 1960, il était alors un emblème de la génération Salut les copains. Sa carrière déclina par la suite. CONTINUE READING / CONTINUER LA LECTURE…