Poésies d’une Enfant, par Antonine Coullet

Antonine Coullet-Tessier
Antonine Coullet-Tessier (c.1903)

L’OCÉAN

. . . . . . . . . . . . . .
Le murmure des mers est plus triste la nuit.
. . . . . . . . . . . . . .

Antonine Coullet est née à La Roche-sur-Yon le 10 janvier 1892. À 9 ans elle commença à écrire de petits poèmes. Des adultes fascinés par ce don — pourtant pas si exceptionnel à cet âge — décidèrent en 1902 de publier ses vers. Ainsi parut début 1903 (mais achevé d’imprimer le 17 novembre 1902) son recueil Poésies d’une Enfant (71 pages), publié par Alphonse Lemerre à Paris.

Dans sa préface, François Coppée reprend le cliché du génie précoce qui ne pourrait pas être un enfant comme les autres, en quelque sorte vieilli avant l’âge :

Lorsque le père et la mère d’Antonine Coullet eurent mis sous mes yeux les vers que voici et qu’ils m’eurent dit que l’authoress était âgée de dix ans, je demeurai stupéfait, comme le seront les lecteurs de ce cahier. Mais à ma surprise charmée se mêla aussitôt un sentiment d’inquiétude. Je songeais avec tristesse, avec pitié presque, au petit prodige, à l’enfant phénomène, et j’imaginais déjà un visage mélancolique et flétri, une intelligence surchauffée, un cerveau vieux avant l’âge.

Mais il se rassure aussitôt, car il lu la notice de Maurice Souriau qui suit sa préface, ainsi « Elle a bonne mine, elle aime à jouer, elle a gardé intacte la naïveté de son âge. Cette muse enfantine est une vraie petite fille. » En effet, Maurice Souriau écrit :

Il n’y a pas là la moindre supercherie, pas la plus petite collaboration du père ou de la mère, qui laissent l’enfant suivre son inspiration, sans la contraindre, ce qui est bien, et, ce qui est mieux encore, sans donner de l’orgueil à leur fille : ils n’ont pas fait d’elle un de ces malheureux enfants-prodiges, véritables « bébés-martyrs » qu’on exhibe pour flatter un peu leur vanité, et surtout celle de leurs parents. Mlle Coullet ne sait pas que Lemerre vient de publier, dans cette plaquette, le premier volume de ses futures « œuvres complètes » ; elle ne se doute même pas qu’elle a un véritable don.

L’ouvrage est divisé en plusieurs sections thématiques (après la préface et la notice) : Souvenirs de l’Antiquité, Choses Lues, Choses Vues, Nature, Tristesses, Religion, Tendresses et Tas de Cailloux ; cette dernière regroupe de courts fragments, trois d’entre eux sont cités en encart dans cet article. Les poèmes se montrent de qualité inégale, on a l’impression que l’éditeur a voulu publier l’intégralité de la production d’Antonine Coullet, sans faire de sélection. À mon avis, son talent indéniable reste bien en dessous de celui d’autres jeunes poétesses comme Sabine Sicaud et Minou Drouet.

LE BAISER

Que dirai-je au baiser qui, dans l’incertitude,
Flotte encor sur ton front ?…
. . . . . . . . .

26 mars 1902.

J’ai sélectionné dans ce livre trois poèmes, qui me semblent les plus beaux, et je présenterai chacun dans un article séparé. Celui d’aujourd’hui provient de la section Tendresses ; de tout le recueil c’est le seul qui s’apparente à un poème d’amour :

À UNE DAME

Vos yeux sont si grands et si doux,
Si belle votre chevelure,
Qu’on se jetterait à genoux
Rien que de voir votre figure !

Oh ! que vos grands yeux ont d’attraits !
C’est comme un flambeau pour mon âme.
D’aussi beaux, je n’ai vu jamais,
Madame !

Toujours un sourire si doux,
Pour calmer des autres les larmes,
Un sourire qui est à tous,
Madame !

18 janvier 1902.

Sous le nom d’Antonine Coullet-Tessier, elle mena une longue carrière de poétesse et romancière. En 1930 ou 1931, elle fonda le Prix du roman populiste (ou Prix populiste). Elle mourut à Caen le 28 avril 1983. Parfois son nom a été écrit Goullet-Tessier ou Goulet-Tessier, comme sur cette couverture d’un de ses romans publié vers 1930 dans la Collection du Lecteur, une série des Éditions Cosmospolites à Paris (source : Pulp Fiction):

couverture d'un roman d'Antonine Coullet-Tessier
Éditions Cosmospolites, Paris – couverture d’un roman d’Antonine Coullet-Tessier – Pulp International

Note bibliographique : L’édition originale de 1903 est quasiment introuvable. Une édition en fac-similé de celle-ci a été publiée à bon marché en Inde par Pranava Books et distribuée par S N Books World à Delhi. Le distributeur se vante de la qualité de fabrication, par exemple les feuillets sont cousus avant d’être collés à la couverture, mais malheureusement la mise en pages est défectueuse : ayant oublié de reproduire une page blanche du début, la parité des pages se trouve inversée, les pages impaires se plaçant à gauche (au verso des feuilles) et les paires à droite (au recto), ainsi les titres de sections sont affichés à gauche avec une page blanche à droite. De plus, les proportions des pages ne sont pas toujours respectées, une page avec un court texte se verra magnifiée par rapport aux autres. Le distributeur avertit que comme il s’agit d’un livre ancien, certaines pages peuvent manquer ; les numéros de page montrent bien qu’aucune ne manque à l’intérieur, et probablement il ne manque rien à la fin…

PAPILLON

. . . . . . . . . . . . . . .
Sa robe de printemps, par le ciel préparée,
Et ses ailes d’azur que le vent a brodées…
. . . . . . . . . . . . . . .
Quand vous le regardez, vous croyez voir un rêve.
. . . . . . . . . . . . . . . . .

Juin 1901.

Ceci est une version révisée d’un article précédemment publié sur Agapeta, 2018/01/29.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.