La bonne aventure, par Jean Aicard

William-Adolphe Bouguereau - La Petite Esmeralda
William-Adolphe Bouguereau – La Petite Esmeralda (1874) – Art Renewal Center

Le 12 mars 1887, le poète, romancier et auteur dramatique français Jean Aicard présenta au Cercle Saint-Simon son recueil de vers Le Livre d’Heures de l’Amour, qu’Alphonse Lemerre publia le même mois.

La plupart des poèmes de ce livre sont consacrés aux femmes et à l’amour, mais j’en ai extrait le suivant, à propos d’une petite fille aimant Musset et récitant ses vers. Dans le poème, Aicard l’appelle Carmen, la traite de jalouse folle et dit qu’il reçut d’elle un coup de couteau ; en réalité, dans la nouvelle de Prosper Mérimée, Carmen est tuée de de deux coups de couteau par son amant jaloux. Il s’agit probablement ici d’une métaphore sur la piqûre d’amour.

LA BONNE AVENTURE

A Eugène Baudouin

LA petite me regarda.
Mignon. Carmen. Esmeralda.

Elle avait un tambour de basque.
Que l’amour est un dieu fantasque !

Jupe en velours aux galons d’or ;
Charmante, — je la vois encor.

C’était une enfant de Bohême ;
Qui vint et me dit: « Je vous aime !

— Pourquoi ? — J’aurais aimé Musset…
Il est mort ! » Mon cœur bondissait.

« Vous lisez donc Musset, petite ?
— Oui ! J’en sais même et j’en récite. »

Elle récita de beaux vers,
Simple, sans prendre de grands airs…

Une voix de musicienne.
Tendre, si douce ! — italienne.

O Musset ! pensais-je, merci.
Suis-je donc un poète aussi ?

Mauvais ou bon, c’est tout de même,
Si le nom seul fait que l’on m’aime,

Et que j’hérite, pour un jour,
L’amour né de tes vers d’amour !

« Je suis de Naples, » me dit-elle ;
Le pays de la tarentelle.

« Esmeralda, dis-je, ton nom ? »
Elle me répondit: « Mignon,

« Car je regrette ma patrie. »
Et sa voix tremblait, attendrie.

Lors, elle chanta, doucement,
De l’accent qu’on trouve en aimant.

Singulière petite femme !
De l’esprit, ma foi ! presque une âme.

A part l’amour, ne sachant rien.
Un peu de temps je l’aimai bien,

Puis j’en reçus (jalouse folle !)
Un coup de couteau, — ma parole !

Je vous dis que c’était Carmen.
La piqûre est guérie. Amen.

Source du poème : Jean Aicard, Le Livre d’Heures de l’Amour, Paris : A. Lemerre (1887), numérisé sur Internet Archive. Le poème est page 42.

Plus d’informations sur le site Jean Aicard.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.