Orgueil, par Rémy Broustaille

Eliseu Visconti - No Verão ou Menina com Ventarola (1893)
Eliseu Visconti – No Verão ou Menina com Ventarola (1893)

Le recueil de vers La Chanson des Gueuses de Broustaille tourne autour des bas-fonds de Paris, les déclassés, mendiants, prostituées et criminels. En particulier, sa section Les Charnelles est consacrée aux femmes que la misère contraint à vendre leurs charmes. Son titre est précédé par le sous-titre « Fleurs de joie, fleurs de peine » et suivi de l’invocation « A Toi, ô doux Galiléen qui relevas Magdeleine, ce livre de piété. » En effet, Broustaille partage une vision misérabiliste chrétienne de la pauvreté et de la prostitution, et n’y voit d’autre solution que la rédemption religieuse. CONTINUE READING / CONTINUER LA LECTURE…

Juste Orgueil, par Rémy Broustaille

Portrait de Rémy Broustaille
de Broca – Portrait de Rémy Broustaille – dans Les emmurées ; Rose Frou-Frou, roman-poème

On ne connaît presque rien de la vie de l’écrivain français Rémy Broustaille. Seules nous restent quelques-unes de ses œuvres, publiées aux alentours de 1900, numérisées par la BNF sur son site Gallica, puis republiées par Hachette. L’auteur, familier de Montmartre, s’intéressait particulièrement aux « gueux », les pauvres et déclassés urbains, et nombre de ses poèmes incluent de l’argot. Un thème y revient fréquemment : les jeunes filles pures que la misère réduit à la prostitution. Il dénonce aussi les guerres, les violences, l’avidité et l’égoïsme des riches, mais son pessimisme concernant la corruption innée du genre humain ne lui donne pas d’autre perspective que la rédemption des prostituées et des misérables par le Christ. CONTINUE READING / CONTINUER LA LECTURE…