Le Baiser, par Jean Aicard

Auguste Toulmouche - Amour maternel
Auguste Toulmouche – Amour maternel – provient d’Art Renewal Center

Voici un beau poème d’amour, tendre et sensuel, provenant du recueil de vers Le Livre d’Heures de l’Amour (1887).

LE BAISER

LES autres jusque là je les avais surpris,
Mais tu l’as bien voulu, laisse-moi me le dire,
Ce baiser savoureux, posé sur ton sourire,
Et dont je sais la gloire et l’ardeur, — tout le prix !

J’ai donc lu la bonté dans tes yeux attendris
l’éclair de l’orgueil a coutume de luire,
Et je n’ai pu parler, las d’un trop long martyre,
Mais mon cœur était plein de délice, et de cris !

Oh ! ce baiser ! je veux en éterniser l’heure,
Pour retrouver un jour, un des jours où l’on pleure,
Ma joie enclose ici, fière et vivante encor !

Oui, sur ma lèvre en feu ta lèvre s’est empreinte,
Tes deux bras m’ont pressé parmi tes cheveux d’or,
.... Et mes deux bras mourants n’ont pas rendu l’étreinte.

Source du poème : Jean Aicard, Le Livre d’Heures de l’Amour, Paris : A. Lemerre (1887), numérisé sur Internet Archive. Le poème est page 23.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.