Indomitus

Robert Stevenson - Peggy Ann Garner dans Jane Eyre
Robert Stevenson – Peggy Ann Garner dans Jane Eyre (1943)

Poets and Lovers est toujours là, après 42 mois, ayant surmonté tous les obstacles sur son chemin. Le 20 avril, le registraire de nom de domaine Njalla (une compagnie fondée par des pirates informatiques), sous prétexte d’une supposée plainte contre Pigtails in Paint, bloqua les noms de domaine de tous les sites hébergés par notre fournisseur Internet. Celui-ci dut récupérer les codes pour transférer les domaines auprès d’un autre registraire.

Tout le monde parle de démocratie et de liberté d’expression, pourtant il ne manque jamais de volontaires pour censurer l’art et la littérature. Mais ceux-ci restent indomptés, ils ne plieront jamais. L’amour et la poésie seront toujours des rebelles, rétifs à toute forme de conformisme.

Art de choc

Le site Shockyou se consacre à « l’art qui dérange », et il se justifie bien :

Shockyou philosophie : N’oubliez jamais que pour tout ce que vous trouverez choquant ici, il y a une réalité bien plus choquante dans le monde qui nous entoure. Bref qu’est-ce qui est plus choquant : une photo esthétisante d’un enfant mourant de faim ou la faim dans le monde ?

Il contient deux perles rares, les articles « Jana Brike : L’adOnirisme » et « Les petites filles (pas du tout) modèles de Gea* Philes ».

Minou Drouet sur France Culture

La radio France Culture a diffusé les samedi 27 et dimanche 28 mars 2021 un documentaire en deux parties intitulé « Le mystère Minou Drouet… » La page web du premier épisode « Le souffle d’une enfant-poète » donne à la fin, sous le titre « Pour aller plus loin », plusieurs liens, parmi lesquels celui vers mon article « Le chant du cœur de Minou Drouet ». Voilà une forme de reconnaissance qui fait plaisir.

Vérité de la poésie

La poésie n’est pas toujours le fruit de l’imagination. Le rêve peut envahir la réalité, et des romans deviennent les métaphores de notre vie. Alors le poète ne fera que traduire dans son langage les événements qui ont bouleversé son existence.

Mélancolie

Ma belle se promène
Dans les jardins de Kiev
Sans soulager sa peine,
Bloquée loin de son fief.

Je me sens emmurée
Dans cette ville ancienne.
Les routes sont barrées
Par l’armée ukrainienne.

La guerre, monstre froid,
Nous prend dans son treillis.
Papa n’a pas le droit
De quitter le pays.

Tous les soirs, dans le lac,
Ma belle nage nue.
Les bigots nous attaquent,
Vivons sans retenue.

Ma belle ne vient plus,
Je l’ai tant attendue…
Cœur de douleur perclus,
Hélas, l’ai-je perdue ?

Jana Brike - Severance of the Worlds
Jana Brike – Severance of the Worlds (2014)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.